Revue des deux mondes, Volume 9

Couverture
Au Bureau de la Revue des deux mondes, 1857
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 374 - Je lis les Mémoires d'Outre-Tombe, et je m'impatiente de tant de grandes poses et de draperies. C'est un ouvrage sans moralité. Je ne veux pas dire par là qu'il soit immoral, mais je n'y trouve pas cette bonne grosse moralité qu'on aime à lire même au bout d'une fable ou d'un conte de fées.
Page 262 - Je ne puis nier que je suis Français, nourri en l'université de Paris, en laquelle on tient le concile par dessus le souveram pontife, et sont censurés comme hérétiques ceux qui tiennent le contraire...
Page 263 - Elle me fait une peinture de l'état présent de la Cour de Rome, qui me fait trembler. Quoi, Bellarmin y tient lieu de tout, et y fait seul toute la tradition ! Où en sommes-nous si cela est; et si le Pape va condamner ce que condamne cet auteur?
Page 261 - ... proportionné à la compression qu'il éprouve, suivant la nature de tous les fluides élastiques. Il soulèvera des montagnes, il fera des miracles. Le Souverain Pontife et le sacerdoce français s'embrasseront, et dans cet embrassement sacré, ils étoufferont les maximes gallicanes. Alors le clergé français commencera une nouvelle ère et reconstruira la France, — et la France prêchera la religion à l'Europe, — et jamais on n'aura rien vu d'égal à cette propagande...
Page 374 - L'âme y manque, et moi qui ai tant aimé l'auteur, je me désole de ne pouvoir aimer l'homme. Je ne le connais pas, je ne le devine pas en le lisant, et pourtant il ne se fait pas faute de s'exhiber...
Page 218 - YonviDe-I'Abbaye à Rouen. On finit par l'arsenic, et c'est ce qui a fait sans doute que la justice, qui avait évoqué ce roman devant elle, pour certains détails un peu libres, a fini par lui donner bien heureusement l'absolution légale pour le renvoyer devant son vrai juge, qui est le bon goût. Ce n'est pas, il faut bien le remarquer, que Madame Bovary soit un ouvrage où il n'y a point de talent; seulement, dans ce talent, il ya jusqu'ici plus d'imitation et de recherche que d'originalité.
Page 282 - ... charge du soin de nous loger et de nous nourrir. Un journal est donc pour nous un objet de luxe : en Amérique, où il est souvent le seul lien qui rattache au monde le colon isolé, le journal est un objet de première nécessité. Quand les chênes séculaires sont tombés sous la cognée, quand le feu a déblayé la plaine et que des cabanes s'élèvent où le buffle et le daim avaient jusque-là régné sans partage, les pionniers réunissent leurs efforts pour bâtir la maison de Dieu. Quand,...
Page 819 - que tous ceux qui sont accoutumés dès le berceau à « user de leur volonté comme de leur main droite , et « de leur raison comme de leur main gauche. Cepen...
Page 108 - La France est le pays le plus facile à juger en apparence, le plus difficile à juger en réalité, et tous les jugements qu'on a portés sur elle peuvent se ranger sous deux chefs principaux : la France est un pays monarchique, la France est un pays révolutionnaire. Peuple révolutionnaire ! dit cet historien, qui fait dater la France de 1789, et qui oublie qu'elle a été la plus monarchique des nations; peuple anti-religieux ! dit un autre, qui oublie que...
Page 291 - Seulement, quand il s'agit d'une de ces questions brûlantes qui ont le privilége d<* remuer l'opinion, ils manquent rarement de reproduire, d'après les feuilles de Washington, les discours des hommes considérables. On doit comprendre maintenant que si, aux ÉtatsUnis, aucun journal n'a pu prendre le rôle ni acquérir l'importance des grands journaux européens, cela tient surtout aux conditions toutes spéciales dans lesquelles la presse américaine se trouve placée. Joignez-y une concurrence...

Informations bibliographiques