Revue des deux mondes, Volume 3 ;Volume 9 ;Volume 27 ;Volume 116

Couverture
Au bureau de la Revue des deux mondes., 1857
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 338 - Je lis les Mémoires d'Outre-Tombe, et je m'impatiente de tant de grandes poses et de draperies. C'est un ouvrage sans moralité. Je ne veux pas dire par là qu'il soit immoral, mais je n'y trouve pas cette bonne grosse moralité qu'on aime à lire même au bout d'une fable ou d'un conte de fées.
Page 234 - Je ne puis nier que je suis Français, nourri en l'université de Paris, en laquelle on tient le concile par dessus le souveram pontife, et sont censurés comme hérétiques ceux qui tiennent le contraire...
Page 569 - ... fièvre typhoïde. La continuité de la fièvre, avec 100 ou 130 pulsations, a été souvent interrompue par un et plus rarement par deux paroxysmes réguliers en vingt-quatre heures, paroxysmes assez semblables à des accèsde fièvre rémittente, et qui ont donné au typhus de Crimée un caractère particulier. Le ventre était souple, sans douleur, sans météorisme, sans ce gargouillement dans la fosse iliaque droite, qui est le caractère propre de la fièvre typhoïde. La constipation a...
Page 233 - ... proportionné à la compression qu'il éprouve, suivant la nature de tous les fluides élastiques. Il soulèvera des montagnes, il fera des miracles. Le Souverain Pontife et le sacerdoce français s'embrasseront, et dans cet embrassement sacré, ils étoufferont les maximes gallicanes. Alors le clergé français commencera une nouvelle ère et reconstruira la France, — et la France prêchera la religion à l'Europe, — et jamais on n'aura rien vu d'égal à cette propagande...
Page 785 - Ainsi parla notre commune mère, et avec des regards pleins d'un charme conjugal non repoussé, dans un tendre abandon elle s'appuie embrassant à demi notre premier père; la moitié de son sein gonflé et nu caché sous l'or flottant de ses tresses éparses, vient rencontrer le sein de son époux.
Page 791 - J'en copie dix lignes; jugez de ce qu'il est devenu dans l'imitateur : « Alors je me tournai pour voir d'où venait la voix qui me parlait, et m'étant tourné, je vis sept chandeliers d'or, « Et au milieu des sept chandeliers quelqu'un qui ressemblait au Fils de l'homme, vêtu d'une longue robe et ceint sur la poitrine d'une ceinture d'or. « Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche et comme la neige, et ses yeux étaient comme une flamme de feu.
Page 92 - ... plus sérieux efforts pour s'en forger une et se convaincre de la réalité des fantômes qu'a enfantés son esprit. Il en est de même de la proverbiale légèreté française. Nous ne sommes point légers, nous sommes téméraires et cyniques : téméraires devant les dangers et les difficultés de la vie, cyniques dans la défaite et devant le spectacle du mal. Au fond, notre prétendue légèreté, sous les deux formes qu'elle revêt, témérité et cynisme, contient la plus haute philosophie,...
Page 192 - YonviDe-I'Abbaye à Rouen. On finit par l'arsenic, et c'est ce qui a fait sans doute que la justice, qui avait évoqué ce roman devant elle, pour certains détails un peu libres, a fini par lui donner bien heureusement l'absolution légale pour le renvoyer devant son vrai juge, qui est le bon goût. Ce n'est pas, il faut bien le remarquer, que Madame Bovary soit un ouvrage où il n'y a point de talent; seulement, dans ce talent, il ya jusqu'ici plus d'imitation et de recherche que d'originalité.
Page 192 - Gautier dans quelques autres fragmcns qui ont été récemment publiés. L'auteur de Ma•dame Bovary appartient, on le voit, à une littérature qui se croit nouvelle, et qui n'a rien de nouveau, hélas ! — qui n'est même pas jeune, car la jeunesse, en ne s'inspirant que d'elle-même, a moins d'expérience, moins d'habileté technique, et plus de fraîcheur d'inspiration.
Page 91 - La France est le pays le plus facile à juger en apparence, le plus difficile à juger en réalité, et tous les jugements qu'on a portés sur elle peuvent se ranger sous deux chefs principaux : la France est un pays monarchique, la France est un pays révolutionnaire. Peuple révolutionnaire ! dit cet historien, qui fait dater la France de 1789, et qui oublie qu'elle a été la plus monarchique des nations; peuple anti-religieux ! dit un autre, qui oublie que...

Informations bibliographiques